Association pour la défense du Patrimoine Nucléaire et du Climat.

Communiqué des ministres américains et Français

06/15/2021

Communiqué des ministres américains et Français

Juin 15, 2021 | Actualités, Communiqués de presse

Communiqué des ministres américains et Français par Hervé NIFENECKER

Dans un récent communiqué commun  

JOINT STATEMENT OF THE UNITED STATES AND FRANCE ENERGY MINISTERS ON ENERGY TECHNOLOGY AND POLICY RESOLVE

On lit:

« La France et les USA s’engagent à lutter contre le réchauffement climatique et retiennent les objectifs fixés par l’accord de Paris (COP21). En ce qui concerne les USA il s’agit là d’une évolution majeure dont on ne peut que se féliciter.

Les deux parties viseront une économie zéro émission pour 2050

Dans cette optique, il faudra développer et déployer des sources de production d’électricité n’émettant pas de CO2. Parmi elles, des énergies renouvelables associées à l’énergie nucléaire, comme réalisé dans nos deux pays.

Dans ce contexte, la France et les USA s’engagent à travailler ensemble sur de nouvelles technologies et sur la transition énergétique en cours afin de concourir de façon significative à des solutions zéro-carbonezero-carbone : des systèmes électriques décarbonés et innovants, qui pourraient inclure des technologies nucléaires innovantes ou de nouveaux concepts comme de petits réacteurs modulaires[1] et d’autres réacteurs « avancés »[2]. »

La signature par la France de ce communiqué rend encore plus injustifiable l’arrêt de réacteurs opérationnels (prévus par la loi de transition écologique pour la croissance verte), pour d’autres causes que leur insécurité constatée par l’ASN. Elle devrait amener au renouvellement du parc au rythme décidé par EDF

Que les USA et la France s’accordent sur l’utilité du nucléaire pour relever le défi climatique devrait conduire, sans difficulté, à l’inclusion de cette technique dans la taxonomie européenne.

[1]Il n’est pas évident qu’une collaboration entre industriels français et américains sur des sujets « sensibles » soit possible,  compte tenu de l’exterritorialité du droit américain.

[2]Par exemple des réacteurs surgénérateurs refroidis au Sodium liquide ou des réacteurs à sels fondus.

 

 

Plus d’articles similaires

Articles similaires

Pour un nucléaire fort au service de la France

Pour un nucléaire fort au service de la France

RTE (Réseau de Transport d’Électricité), dans les 6 scénarios proposés au gouvernement, limite ou annule l’usage du nucléaire en 2050 et retient un effort d’efficacité énergétique difficilement supportable par la société tout en révélant la compétitivité du nucléaire. L’étude ci-après d’Henri Prévot explore plus largement encore les possibilités et l’intérêt d’un nucléaire fort et confirme sa compétitivité à l’horizon 2050/2060 si on considère l’ensemble du système électrique.

lire plus
Le nucléaire en Ukraine

Le nucléaire en Ukraine

Centrales nucléaires en Ukraine : quel risque ? Dominique GRENECHE et Jean-Pierre Pervès Experts PNC-France   La menace que pourrait constituer un accident majeur survenant dans une centrale nucléaire située en Ukraine, compte tenu des combats qui s’y déroulent...

lire plus

Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Tenez-vous informé des prochains articles